Twitter Rejoindre le groupe sur facebook Suivre la vie du site Suivre la vie du site Flickr Instagram icone tripadvisor icone dailymotion icone youtube

La recette du raid28 façon MonsterTruck.

Raid28 - 2004
vendredi 30 janvier 2004 par Dominique

(Appelée aussi ’La course du Diable’ par les grands chefs cuisiniers Turoom )

Préambule

La 11ème variante de ce plat atypique francilien a été encore une fois élaboré avec le plus grand soin (secret, sérieux, inventivité, …) dans les cuisines des turoom. Au banquet, étaient invités des convives de toutes régions pour une dégustation qui se limiterait à 18 heures maximums. Les chefs avaient prévu un repas de 90 km pour les ’gourmets-gourmands’ et un plat plus digeste de 70 km pour les ’appétits d’oiseaux’. Comme tous les ans, quelques amuse-gueule seraient proposés pendant le dîner pour égayer le festin, le diminuer ou le prolonger. (les fameuses balises bleues et les surprises)
Attention, le raid28 est un plat capricieux qui ne supporte pas le réchauffé : Il est consistant, se déguste humide, dans des températures fraîches et il vous faudra plusieurs jours pour le digérer alors inutile d’espérer emmener les restes.

les ingrédients de base
• 5 convives par équipe dont une féminine (rassurez vous ce n’est pas pour faire la vaisselle). Choisissez les plutôt sportifs et endurants et essayez de composer un groupe homogène.
• Plusieurs kilos de volonté et de courage (qu’il vaut mieux éviter de gaspiller dès le début de l’épreuve)
• Une dose d’orientation.
• Un grain de folie. (un par participant n’est pas de trop)
• Un zest d’humilité.
Pour plus de détails, consultez le grand livre de cuisine www.raid28.com (nous attendons prochainement la nouvelle édition).

La recette des Monster truck.
Pour la fabrication d’une pâte homogène, nous ne serions trop vous conseillez d’utiliser des produits qui se connaissent déjà, mais ce n’est pas toujours facile. Cette année ’le Guillaume’ et ’le Franck’ étaient en rupture de stock sur le marché (cause blessures), nous avons du composé au dernier moment.
Cette année nous avons sélectionné

’Le Fred’ sportif, orienteur depuis tout petit, en grande forme avec des grandes jambes qu’il fallait ralentir. Il sera notre orienteur principal en espérant que la lecture de carte pourra ralentir son appétit et espérer ainsi le suivre.

’La Vanessa’ et ’la Lucille’, deux variétés de fille sportives, copines et collègues. Elles donneront l’allure de l’équipe et géreront la logistique (pause et alimentation)

’Le Thierry’ capitaine exemplaire l’année dernière, est reconduit une nouvelle fois dans ces fonctions. Il sera aussi le pointeur en second et l’orienteur en 3.

Votre serviteur reconvertit cette année dans un rôle de pointeur (appelé aussi gazelle, bourrin, …) et d’orienteur en 2.
Petite précision sur le rôle du pointeur. Sa mission première est de ne pas perdre le carton de pointage, de poinçonner parfois seul les balises trouvées pour économiser les forces de l’équipe, et d’être les yeux de l’orienteur.

Il est conseillé de tester la cohésion et la consistance de cette pâte quelques semaines auparavant sur des terrains de jeux de votre choix.

Le jour J, rassemblez tous les ingrédients quelques heures avant le départ pour une collation en commun, loin du bruit et du stress. Puis dirigez-vous vers le lieu des festivités et veillez à ne pas arriver trop tôt. (22 h30 paraît raisonnable)

Après les contrôles d’usage, préparez-vous tranquillement et attendez aussi tranquillement minuit.

Il est 00 :00, vous pouvez commencer votre repas.
Reportez sur la carte les 4 balises obligatoires avant de pouvoir sortir.
Précipitez-vous dehors et partez à contre sens de toutes les autres équipes.

Laissez frémir quelques minutes, puis coupez les gaz et réagissez.

Effectuez le demi-tour qui s’impose, repérez les noms de rues, les plans de la ville pour vous situer. Manifestement, vous êtes perdus et vous ne savez pas où vous êtes. Ne vous inquiétez pas, c’est la subtilité de la recette Monster Truck. Il vaut mieux faire la grosse erreur quand on est en forme donc dès le début.
Ça y est ! Vous avez compris où vous êtes et où vous devez aller, alors allez-y. La pâte commence à prendre.

Pour être sûr que l’erreur qui vient d’être commise est suffisamment importante, recommencez dès l’approche de la première balise.

Maintenant, c’est sûr vous avez fait la plus grosse boulette possible. Vous êtes sortis du gymnase vraisemblablement dans les 5 premiers et vous êtes pratiquement dernier en mettant 1 heure pour poinçonner une balise à 1 kilomètre du départ. (C’est ce que l’on appelle le savoir-faire Monster truck)
Malgré ces quelques hésitations du début (bien compréhensible), continuez à accorder votre pleine confiance à votre orienteur. Il vous le rendra plus tard.

Balise 2, la pâte devient plus onctueuse, encore fragile mais les grumeaux disparaissent.

PC1, vous avez la confirmation que la boulette du début mérite une étoile dans le guide des records. (27ème).

A partir de la balise 5 (lisière SO du bois Vau Laurent, sous la ligne électrique), votre orienteur va vous rendre toute la confiance que vous lui accordez.

Tout d’abord par un azimut dont il a le secret, afin de distancer définitivement les équipes que vous venez de dépasser.
Puis par une autre ruse, à travers champs, frontales éteintes pour éviter les suiveurs (super grand moment).

Vous n’êtes plus tout seul, vous apercevez des frontales devant et derrière, vous êtes revenus dans la course.
PC6. Vous devez choisir l’option ’appétits d’oiseaux affamés’, c’est à dire que vous prenez l’option courte mais vous allez déguster toutes les friandises du parcours. (balises bleues, épreuves surprises, course d’orientation)

L’inter poste qui se présente devant vous, va vous permettre d’évaluer la stabilité de votre groupe. 7km environ de ligne droite à travers les champs. La nuit est belle et vous apercevez au loin les lumières du village où vous devez vous rendre. C’est redoutable pour le moral.
Arrivés au village, vous aurez ainsi la confirmation que votre équipe peu voyager loin.

PC7 au petit matin. Vous êtes prêts pour traverser un champ de ronces. (vert foncé sur les cartes de CO). C’est une épreuve spéciale et vous n’aurez aucun regret à vous présenter au petit jour, c’est beaucoup plus facile à traverser maintenant qu’en pleine nuit.

PC8. Franchissez l’Orge sur un pont de singe. (Je l’ai fait, malgré le vertige. Bon … ce n’était pas monstrueux, mais ceux qui me connaissent, savent les problèmes que j’ai dès que je n’ai plus les pieds sur terre).
Maintenant, laissez reposer votre orienteur et confier l’orientation sur le parcours CO au pointeur.
A part une sortie de poste hasardeuse, tout ce passe pas trop mal et vous en aurez confirmation au PC9. (Vous êtes dans les 15 premiers, en sachant que les équipes qui vous précèdent, sont des gloutons de 1er classe que vous ne rattraperez jamais).
Pour économiser vos équipiers, indiquez leur un point de rendez-vous facile à trouver pendant que vous irez poinçonner les balises manquantes, accompagné de l’orienteur devenu pointeur. (Facile à comprendre non ? C’est juste une permutation de rôle ? Le pointeur joue un peu avec la carte et l’orienteur un peu avec la nature).

A la fin de la course d’orientation, tout le monde est réuni et chacun reprend son rôle initial.
Pour cause de chasse, l’épreuve spéciale n°3 est annulée. C’était une tyrolienne (sur ce coup, je l’ai échappé belle. C’est facile de dire ça après coup, mais je l’aurais fait …)
Vous allez maintenant participer à une course de régularité. Vous devez estimer la distance entre deux points sur la carte (2,2 km environ), évaluez aussi le dénivelé, et indiquez la durée estimée pour parcourir cette distance. Réglez votre chronomètre sur 27 minutes, puis partez à une allure tranquille. Au bout de 800 mètres, dès que vous rencontrez une pente montante, adoptez une marche sportive. Profitez en pour téléphoner à vos proches (le réseau passe). A cinquante mètres du point de contrôle, arrêtez-vous. Vous avez 10 minutes pour vous restaurer, s’étirer, …10 minutes plus tard vous passez le PC13 où vous gagnez 20 minutes de bonification. (bon d’accord, nous aurions pu optimiser un peu plus, mais après 10 heures de course, gérer aussi bien son allure, je trouve que ce n’est pas si mal)

A la balise bleue 17, vous reformerez le binôme orienteur-pointeur pour aller chercher les 20 minutes de bonification.
Un petit tour de lac plus tard, vous serez une nouvelle fois tous réunis.

A la Balise 18 (dans le bois biquet au NO de l’ancienne sablonnière presque en haut du talus), vous ne savez pas encore que vous allez souffrir.
En effet, après le sable, la plaine et un vent de face vous attendent. Vous allez progresser en file indienne en longeant des champs cultivés, sur des kilomètres. Regardez vos pieds ou ceux de la personne qui vous précède, débranchez votre cerveau. Ignorez vos douleurs. Pensez à l’arrivée, à la bière bien fraîche que vous avez préparé judicieusement avant de partir cette nuit. Il est hors de question d’arrêter si proche de la fin (d’ailleurs cette idée ne vous vient même pas à l’esprit). Vous vous concentrez, c’est raté pour terminer en 16 heures, mais vous terminerez quoi qu’il arrive et avec toutes les balises. Ce sera votre leitmotiv pendant les derniers kilomètres qui vous restent à faire (environ 20 km)
Balise 20. Vous serez à nouveau protégé du vent. Votre progression reprend dans les bois, mais vous avez laissé trop d’énergie sur la plaine pour pouvoir recourir, alors vous finirez en marchant.
La balise bleue 24 est votre avant-dernière à chercher. Elle vous rapporte 20 minutes de bonification, mais surtout l’immense satisfaction d’avoir tout ramasser. Arrivés sur la zone de recherche (supposée) votre manque de lucidité et votre obsession, vous feront perdre un temps précieux et gaspiller beaucoup d’énergie. La balise reste introuvable. Vous serez à 2 doigts d’abandonner les recherches lorsque la chance vous sourira enfin et vous mettra sur la bonne voie.
Balise 25. l’orientation est terminée. Suivez le balisage mis en place le long de l’Yvette.
5 kilomètres de marche environ.
Vous allez croiser les promeneurs du dimanche, qui gentiment vous accompagneront, encourageront, échangeront quelques mots. Certains vous plaindront (mais c’est votre choix), d’autres seront admiratifs ou encore penseront sûrement que vous êtes fous.
Il vous restera 1 kilomètre quand certains de vos copains viendront à votre rencontre, inquiets de vous voir arriver si tard.
Souriez leur (pour les photos), et rassurez-les.
Vous voilà enfin devant le porche gonflable de l’arrivée.
Vous serez alors accueillis en héros par vos proches et par les organisateurs.
Vous venez de terminer le raid28 façon Monster Truck.
Vous êtes gavés, fatigués, mais heureux et fiers.

Conclusion
Voilà je vous ai livré en quelques lignes, les grands principes de la recette Monster Truck. Comme vous l’avez constaté, c’est une façon originale et artisanale de faire une boucle de 80 km en passant par Bures sur Yvette, Les Ulis, St-jean de Beauregard, Janvry, Fontenay lès Briis, Vaugrineuse, St Maurice de Montcouronne, Blancheface, les Granges le Roi, Forêt domanial de Dourdan, Forêt de St Arnoult, Longvilliers, La Bâte, Bonnelles, Boullay les Troux, Les Molières, Courcelles sur Yvette, Gif sur Yvette
Bures sur Yvette
Vous pouvez améliorer cette recette, je vous laisse à votre imagination et à votre créativité.

Notes personnelles
• Je suis bluffé par la performance des filles. " Vanessa, Lucille vous avez été tout simplement extraordinaires ".

• Malgré quelques hésitations au départ, Fred a été excellent dans son rôle d’orienteur et très facile physiquement. Il mérite amplement toute notre confiance et nos félicitations.

• Plus discret que l’an passé, pour cause de blessure, notre capitaine Thierry a été une nouvelle fois courageux et impeccable. (Nous l’avons choisi aussi pour ça).

• Pour ma part, je me suis régalé dans ce rôle de pointeur, même si je termine épuisé. Je me suis plus amusé dans ce rôle que l’an passé dans celui d’orienteur. L’an dernier, j’avais l’impression de ne pas avoir couru (d’ailleurs j’avais fini beaucoup mieux).

• Un gros, très gros merci à Tony.

• Une pensée amicale à JP de l’équipe14. J’ai toujours surveillé sur les PC la progression de son équipe et j’étais très heureux de le voir terminé. Bien joué binôme.

• La cuisine des Turoom est toujours aussi excellente et plus copieuse que l’an passé (il me semble). J’ai apprécié le principe de la course à la carte et le fait de découvrir le parcours au fil du temps (pas de carte au 100000ème)

Hé les Turoom !! Mettez vite votre site Internet à jour et ce sera parfait.
Vivement l’année prochaine, que l’on remette le couvert. J’ai faim …

PDF - 10.8 ko
Compte Rendu Fred
PDF - 15.9 ko
Compte Rendu Lucile
PDF - 17.9 ko
Compte Rendu Vanessa
PDF - 20.8 ko
Compte Rendu Thierry

PS

Thierry BONDERFF Capitaine 2ème participation Vanessa MOREAU Feminine 2ème participation Lucile Petit Feminine 1ère participation Frédéric DUCROCQ Orienteur 1ère participation Dominique BROYART Pointeur 2ème participation Dominique-Lucile-Frédéric-Vanessa-Thierry


Laissez un commentaire