Vue-extérieure-chateau-de-Sully-photo-DC-74

Trophée aventure 45

Raid multisports en équipe de 2

C’était à Jean-Philippe de choisir la destination de notre prochain raid avec une seule contrainte : pas d’exercice perché (je suis un rampant).
Pif Pouf, il a décidé de prendre la direction d’Orléans, Sully-sur-Loire pour être plus précis.

Au programme de l’orientation, de la course à pied, du VTT, du canoë (ça faisait longtemps …) et quelques amuse-gueule. Bref, rien d’extraordinaire sauf les prévisions météorologiques : 18°C à 8h00, environ 30°C vers 14h00 et une grosse tendance orageuse en fin d’après-midi (tout ce que j’aime). Je suis originaire de l’Aisne. J’aime les climats tempérés, le vent frais, la bière fraîche, et quand il fait chaud les siestes à l’ombre. Je crains la journée qui s’annonce.

4h45 Debout pour un gros petit déjeuner et commencer une phase d’hydratation.
Après une balade dans le sud de la région parisienne (à cause d’une petite faute d’inattention sur la RN118), je récupère enfin Jean-Philippe et nous partons pour St Benoît sur Loire.
Le parc à VTT se situe au port de St Benoît sur Loire. Ce sera la fin de l’étape canoë. Nous y laissons donc les VTT et tous le nécessaire VTT (dont le sac de Jean-Philippe : Faute !)

Direction ensuite, Sully sur Loire pour le départ du raid. Le rendez-vous a lieu au camping au pied du magnifique château où nous attend un sympathique petit déjeuner. « Tiens, Orient à fond est là ! Sauf incident, on connaît déjà au moins une équipe qui sera sur le podium ! »

9h00 Briefing.

  • Départ toutes les 30 secondes à partir de 9h30.
  • 1er étape : 10 km de CO à pied. 5 balises plus une optionnelle qui rapporte 20 minutes de bonus. Attention il y a plusieurs parcours CO
  • 2ème étape : 10 km de canoë (jusqu’à St Benoît sur Loire)
  • 3ème étape : CO VTT 2 balises. La dernière est importante, c’est là que l’on récupère le road book pour la suite.
  • 4ème étape : 20 km de VTT au road book
  • 5ème étape : 5 km de CO à pied (4 balises) plus une épreuve de tir à la carabine
  • 6ème étape :18 km de VTT au road book

Nous sommes l’équipe 31, nous devrions partir vers 10 heures. On cherche une place à l’ombre pour attendre (Gaston commence à cogner dur).

10h00 (environ) : Départ.

Nous nous précipitons vers la première zone d’ombre ( à 5 mètres du départ) pour reporter les balises (Azimut distance). Cool, le rapporteur est dans le sac de Jean-Philippe à 10 km de là.
Heureusement, le report des balises ne demande pas une trop grande précision. Les balises sont placées à des points remarquables (intersection, monument, …), nous devrions nous en sortir uniquement à la boussole.
10h05 : en route pour la balade.
Pas de difficulté particulière ni de choix stratégique sur les tracés. C’est un parcours roulant autours et dans Sully sur Loire. A signaler tout de même une erreur de notre part sur le report de la balise 2. Celle que nous avons trouvée ne correspond pas à notre définition (tant pis, nous la prenons au cas ou, mais nous sommes pratiquement sûr de prendre 20 minutes de pénalité)
Nous ressentons bien la présence du soleil et nous avons décidé de boire toutes les 20 minutes.
La 6ème balise se situe sous l’un des ponts qui franchit les douves du château de Sully sur Loire. Echelle de cordes pour Jean-Philippe et le tour est joué.
La CO est bouclée en 1h05, direction le canoë (notre point fort ).
D’après les pointages, nous sommes dans 20-25 premiers

11h15 : et vogue la galère.

Pour mémoire, il y a un an nous faisions un peu plus d’un kilomètre en 1 heure, puis 6 mois plus tard, 3 kilomètres en moins d’une heure. Alors 10 kilomètres en … ?
Quelques éléments positifs sur notre parcours canoë.

  • Nous ne nous sommes pas noyés
  • Nous n’avons pas rempli le bateau d’eau comme d’habitude.
  • J’ai même pas arrosé Jean-Philippe en ramant.
  • Nous avons dépassé une équipe et aucune ne nous a dépassé.
  • Nous avons compris qu’il fallait utiliser au mieux le courant, qu’à 500 mètres de l’arrivée.
  • Nous avons accosté au bon endroit.
  • La chaleur est plus supportable sur l’eau

Bref, 10 kilomètres en 1 h10. Nous sommes « monstrueux ».

12h30 : VTT

Après s’être alimenter, et reporter les 2 balises nous partons pour la CO VTT. La première balise est à coté du Karting qui est fléché depuis le centre de St Benoît sur Loire. La deuxième balise doit nous donner le road book indispensable.
Première intersection après le karting, nous tournons à droite alors que les équipes que nous avons rejoint tournent à gauche. (étrange !?). Nous vérifions l’azimut distance : pas de problème. Nous continuons notre trace. Un p’tit coup d’œil derrière, d’autres équipes passent au loin et se dirigent à l’opposé de notre direction. (super étrange !?). Re vérification – L’azimut – distance est correct, mais l’origine n’est pas bonne. Il fallait tracer depuis la balise 1 et non pas à partir du point de départ.
Demi-tour

13h00 : Début du road-book


Jean-Philippe est au compteur et moi au road book. Le road book est très précis (très gros travail des organisateurs, félicitations).
Ça se passe pas trop mal sauf que la chaleur m’insupporte de plus en plus. Pas d’air, pas d’ombre, un parcours avec des secteurs difficiles très « casse pattes ». (Pour exemple, nous avons longé des clôtures protégeant des plantations d’arbres en étant toujours à la recherche de l’équilibre entre les branches couchées au sol, cette clôture et négociant au mieux les traversés de fossés d’irrigation.)
Pénible, pénible. J’ai l’impression que Jean-Philippe s’amuse, mais pas moi.
Après 10 kilomètres enfin une pause-détente proposée par les organisateurs. Nous posons les VTT et nous nous dirigeons vers un petit étang. Il faut le traverser sur la largeur (25 mètres) assis sur une bouée et muni d’une paire de rames. Pour casser le rythme, il n’y a pas mieux …
Je profite de ce petit moment de bonheur fugace pour me prendre deux doses de gel coup de fouet. (J’en ai bien besoin) et nous repartons pour 10 nouveaux kilomètres de VTT.
Le coup fouet espéré commence à faire effet, je finirais ce premier tronçon de VTT mieux que je l’avais commencé. Jean-Philippe paraît toujours aussi facile.

15h10 : Lucky Luke a frappé

Je n’ai même pas le temps de reporter les 4 balises de CO à pied que Jean-Philippe revient déjà du stand de tir. Je crois qu’il a fait 8 et 9 points, ce qui va se transformer en moins de 5 minutes de pénalités.
En route, pour la CO à Pied.
Je suis incapable de courir, trop chaud, mal au ventre. Je vais faire la boucle en marchant le plus vite possible et en laissant gambader Jean-Philippe dans les allées de la forêt. Nous allons aussi perdre du temps sur la 3ème balise (mal reportée). Nous avions le rapporteur dans le sac mais nous ne l’avons pas utilisé. (c’est vraiment bête).

16h00 :

Le parcours CO à pied est enfin bouclé en un peu moins d’une heure (pas terrible). Mais je n’étais vraiment pas bien. Nous reprenons le VTT pour les 19 derniers kilomètres sur un parcours plus roulant (d’après les organisateurs).
Effectivement le parcours est plus roulant, sauf l’arrivée sur Sully sur Loire.
· Nous avons emprunté une voie ferrée (circulation en équilibre le long du balastre).
· Traverser la Loire sur un pont ferroviaire.
· Rouler un peu sur le sable le long de la Loire
· Et suprême gâterie des organisateurs, traverser une douve remplie d’eau en portant le VTT à l’épaule

17h10 Arrivée

Nous avons terminé en 7h07. Temps auquel, il faudra ajouter 20 minutes de pénalité.
Nous devrions finir en milieu de classement. Pas trop mal, vu la chaleur infernale.
Orient à fond sont premiers. Etonnant non ?

Conclusion

  • Enfin une bière fraîche
  • Je confirme que je n’aime pas la chaleur et j’en ai souffert.
  • Jean-Philippe m’a paru assez facile.
  • C’est un raid qui n’est pas difficile techniquement, mais très physique. Ce sont les plus costauds qui gagnent.
  • Le raid est bien organisé et le buffet campagnard après la douche, est bien apprécié.
  • Heureusement, que nous avons bu régulièrement tout le long de cette journée (4 à 5 litres), sinon nous n’aurions pas terminé. Nous avons testé aussi les pastilles de Sodium. Bilan, ce n’est pas bon (on pouvait s’en douter). Mais aucune crampe pendant le raid, une bonne récupération après la douche, et aucune courbature le lendemain et surlendemain malgré très peu d’étirements.
  • Maintenant un nouveau raid orientation nous attend. « Regagner la région parisienne le dimanche soir d’un week-end prolongé. »