logo-dunes-espoir_bnw

2012 – Dunes d’Espoir – Etape n°4 – Terre de Haut (Les Saintes)

 

Après avoir découvert Terre de Bas lors de l’étape précédente, nous restons sur l’archipel des Saintes, cette baie a encore bien des secrets à nous livrer, et nous sommes bien décidés à ne pas en perdre une miette…

Suivez-nous, c’est parti pour Terre de Haut !!

Jeudi 12 avril

Après une longue nuit réparatrice pour les corps fatigués et les esprits embrumés, nous nous levons presque tard, il est 5 h 30 lorsque les réveils commencent à vibrer sur le bivouac de Pompière …

Pour une fois, nous avons un peu de temps, l’étape se fait à domicile, il n’y a donc pas de bus, pas d’avion, ni de bateau à prendre, juste nos pieds pour nous mener au petit déjeuner du centre UCPA…Le bonheur !!

Cela respire presque le jour férié !!

Les enfants sont préparés sans hâte, on peut se laver les dents sous le regard goguenard des coqs et des cabris, le remballage des tentes et pliage des matelas, sont devenus banalités.

La cohorte des coureurs, Dunes, enfants, accompagnateurs entame sa procession vers le divin petit déjeuner….

Il fait jour, nous découvrons le chemin et les paysages que nous ne connaissions que dans la version nocturne.

La baie de Marigot est un petit paradis tropical inondé de soleil,
la mer a gardé ces tâches d’émeraude qui piquent les yeux, les petites rues sont bordées d’adorables maisonnettes fleuries et colorées…

JPEG - 116 ko
JPEG - 124.5 ko

Je sais, depuis le début, je n’arrête pas de vous bassiner avec ces vues de rêve, mais je n’y peux rien, en Guadeloupe, tout ressemble à une jolie toile de peintre, ils ont pris toutes les couleurs sur la palette et ont balancé ici et là toutes les teintes possibles…

Le tout est évidemment très harmonieux, et l’on y perd ses yeux !!

JPEG - 99.8 ko

C’est un havre de paix, il n’y pas une seule voiture à l’horizon, seul un scooter trouble à peine le calme ambiant.

L’UCPA vu de jour n’a plus rien à voir, la vue est à couper le souffle, et c’est devant ce spectacle que nous décidons d’avaler croissant et café !!

JPEG - 52.5 ko

Nous réalisons la chance que nous avons de boire un expresso devant cette baie magnifique !!
What else ??? (clin d’œil à notre Georges des Dunes …)

L’heure est à la détente…

Mais la Guadarun a bien fait les choses en équilibrant les cycles, un coup on speede, ensuite on savoure, et vice et versa !!

Les doigts de pied en éventail, c’est bel et bien fini, il faut nous rendre vers le départ donné dans le centre-bourg des Saintes, nous quittons donc notre emplacement face à la mer, pour repartir vers le village.

La chaleur ne nous a pas quittés, elle doit se sentir à l’aise avec nous !!

Dès qu’il faut marcher, pousser le fauteuil des enfants dans les côtes, les grosses gouttes envahissent nos maillots …
Transpirer et être humide du matin au soir est devenu une habitude !!

Après nos deux fatidiques kilomètres qui nous séparent de la ville, nous voici au complet proches du départ de la course.

Là, c’est tout moche, la mer est sale, les bâtiments sont remplis de graffitis, les bateaux sont des épaves, et ..et…mais non je taquine, vous voyez, je ne peux pas vous mentir ….

Pour vous donner une petite idée de la laideur du coin, voici une photo qui montre l’étendue du désastre !!

JPEG - 89.2 ko

Bref, nous décidons de ne pas rester ici, car la vision devient indécente.

Nous emmenons Morgane et Jonathan pour le relais de la course, choisissant un endroit à l’ombre, face au paquebot de croisière « Le club Med II ».

Maman Marie-Christine a un sac complet de mangues, qui fait, entre autres, le bonheur de notre Jonathan !!

Il faut le savoir, dorénavant, l’expression pour notre John, n’est plus avoir la pêche ou la patate, mais avoir la mangue …Dès qu’on le sent un peu faible ou endormi, hop, un bout de mangue et ça repart !!

La magie des fruits exotiques…

C’était votre pause fraîcheur.

JPEG - 89.5 ko

Pendant ce temps, nos coureurs des Dunes et nos deux jeunes découvrent le Fort Napoléon, d’où la vue, est, paraît-il, incroyable !!
Nous imaginons Inès et Gaspard en empereurs de joëlettes, cheveux au vent, tirés par leurs chevaliers tout de jaune vêtus …

Nous n’avons pas à attendre très longtemps pour les revoir, car ils arrivent déjà pour effectuer le relais, nous laissons partir Morgane et Jonathan, pour reprendre avec nous Inès et Gaspard.

Ces derniers se sont régalés de leur balade, ils ont même croisé des iguanes et sont évidemment ravis de cette rencontre impromptue !!

Nous quittons notre aire ombragée, pour rejoindre l’arche d’arrivée très proche (vous vous rappelez, là où c’est super moche …).

Les premiers coureurs en tête de course, arrivent, et nous pouvons les encourager haut et fort !!

Les copines et copains en terminent tour à tour avec cette étape.

Inès et Gaspard, d’un seul regard complice, décident de franchir la ligne, seuls, sur leur fauteuil…

La hargne et la volonté sont affichés sur leur visage, ils se positionnent au dernier virage de la piste, poussent sur leurs bras, malgré les trous et les cailloux, ils roulent, forcent, et franchissent la ligne !!!

JPEG - 48 ko
JPEG - 155.3 ko

Cri de victoire, au delà de toute la différence.

Les joëlettes arrivent, elles aussi, au bout de cette étape.
Morgane marche, soutenue par Bichon et Philippe, elle en veut, elle dévore cette arrivée de tout son sourire …

Jonathan, triomphant, heureux, franchit à son tour cette fameuse ligne de victoire !

JPEG - 153.8 ko
JPEG - 128.2 ko

Les autres coureurs et spectateurs assistent avec émotion à cette nouvelle arrivée des joëlettes, les yeux se mouillent…

Plus rien ne compte hormis ce groupe jaune qui éclate de bonheur !!

C’est la fin de cette 4e étape.

C’était la dernière sur ces petites îles, car nous partons ensuite pour la Guadeloupe, le continent !! (oui oui je sais, c’est un île aussi, mais c’est LA Guadeloupe !!)

Le repas étantt servi à l’UCPA, nous retournons donc pour la énième fois sur cette petite route qui grimpe vers notre restaurant.

Mais avant d’entamer la fameuse côte, Domi et moi faisons une halte dans la plus belle pharmacie du monde : celle des Saintes : baie vitrée donnant sur la plage et la mer émeraude, les pieds presque dans l’eau, et pour parfaire le tableau, un charmant pharmacien en bermuda, et …chemise à fleurs !!!

Le top !!

Moi dans ma prochaine vie, je veux bien vendre de l’aspirine et de la crème solaire dans la pharmacie des Saintes !!

Bon, en attendant de reprendre mes études à la Sorbonne, toute notre petite colonie se rend donc au centre UCPA pour le déjeuner.

Jonathan profite de cette pause repas pour faire son plein de câlins, Natacha et moi ne serons pas de trop pour profiter de ses bras et de ses bisous qui claquent !!

Un amour ce John !!

JPEG - 71.6 ko

Je ne sais comment l’expliquer, mais ses câlins me bouleversent à chaque fois, il a cette façon de vous serrer fort, de vous embrasser, comme pour vous dire qu’il tient si fort à vous ….

Je vous l’ai déjà dit, je suis une sensible moi !!!

Et mon petit cœur ne résiste pas à tant d’amour donné aussi sincèrement.

Mais Jonathan n’en oublie pas pour autant l’heure …Il a sa montre, et il connaît les horaires par cœur de tous nos rendez-vous importants.

Il sait que nous devons embarquer pour la dernière fois à 15 h 00, il veut entendre le pouët du bateau, et il veut crier « Allez les gars, on y va !! »

Jonathan est métamorphosé.

JPEG - 75.3 ko

Une dernière baignade pour certains, une pause dans le transat, une sieste à l’ombre pour d’autres, et nous levons l’ancre pour retrouver l’embarcadère.

Le manège des valises reprend de plus belle, le bateau est prêt, les moteurs vrombissent, Jonathan ne sursaute plus, il sourit.

Nous quittons les Saintes, pour rejoindre Basse-Terre, nous regardons avec nostalgie cette île qui s’éloigne.

Nos jeunes sont bien installés, et Inès ne rate pas une occasion pour brancher Gaspard de ses futures épousailles….

JPEG - 67.7 ko

La traversée n’est pas longue, une demi-heure pour ravir notre capitaine à bord, la Guadeloupe est à portée de gouvernail !!

Nous débarquons à Trois rivières, où nous devons attendre un bus.

Il fait une chaleur de folie, il est difficile de trouver de l’ombre, nous favorisons nos jeunes pour qu’ils ne prennent pas un coup de chaud.

Heureusement, la Doudou créole va nous enchanter de ses sorbets coco, et de sa bonne humeur peu discrète !!

JPEG - 67.8 ko

Elle embauche notre Philippe du Ch’nord, pour mouliner le sorbet, et son rire envahit la rue et tout l’embarcadère !!

Si un jour, vous avez le cafard, courez voir la vidéo de notre Pierre caméraman, et écoutez en boucle le rire communicatif de cette dame adorable, vous verrez, l’effet est immédiat contre la déprime !!

Le bus est en vue, et nous nous installons dans la fraicheur de la clim’ (certains auront même droit à une douche improvisée !!)

Après quelques kilomètres de bitume, le bus se gare, une visite est prévue chez Germaine.

Vous allez me demander, c’est qui Germaine ??

Figurez-vous qu’elle fabrique la cassave …(pourtant elle ne se nomme pas Jocelyne Berouard la dame !!)
Cassave, pas Kassav !!

Ne pas confondre zouk et farine…

Vous aimez la galette complète œuf/jambon/fromage ?

JPEG - 98.2 ko

Eh bien là, c’est la même chose, sauf que la galette est faite à base de manioc, car le domaine de Germaine, c’est la maniocrie !! (n’y voyez là aucun défaut non plus …)

Elle vous explique tous les bienfaits du manioc avec son accent créole, (ce qui fait partir dans un délire de fous rires, Inès et Gaspard), mais elle vous fait également déguster ses galettes cuites devant vous.

Sucrées ou salées, cela nous sert d’apéritif dînatoire, car la soirée est bien avancée et la nuit est même carrément tombée !!

Morgane est ravie de déguster ces galettes, son petit fichu sur la tête lui donne un air coquin, je crois que son papa aimera ce petit clin d’œil à ses origines Guadeloupéennes.
JPEG - 50.6 ko

Nous quittons cet endroit authentique, et repartons en bus vers Goyave et son jardin d’eau, lieu de notre nouveau bivouac.

La musique qui nous attend à la descente du bus est toute nouvelle, après le zouk de la désirade, les grillons de Marie-Galante, les coqs des Saintes, nous voici en plein concert de grenouilles !!

Elles doivent être des milliers pour faire un tel barouf !!!

Domi explique à Gaspard, que c’est la pleine période de séduction, et que le chant des messieurs crapauds tentent de séduire mesdemoiselles les grenouilles…

Gaspard est de nouveau hilare, il a peur d’assister à une orgie de batraciens sous sa toile de tente !!

JPEG - 72.4 ko

Par contre, l’endroit est à l’opposé de ce que l’on a connu jusque là, pas de sable, ni de plage, encore moins de palmiers.

Cela ressemble à un paradis végétal, une sorte de petite jungle condensée en quelques hectares, l’humidité très forte, comme si une bruine constante arrosait le sol, la végétation est verte foncée, les arbres sont géants, la chlorophylle ne doit pas manquer dans le coin …

JPEG - 119.2 ko
JPEG - 86.7 ko

Il règne un calme incroyable malgré la sonate des batraciens …

J’adore cet endroit, il ferait presque frais par l’humidité ambiante.

Chacun de nous organise sa nouvelle chambre dans cet endroit insolite.

Morgane s’installe dans la tente de Christelle, je la badigeonne d’anti-moustiques, car l’environnement est plutôt propice à leur prolifération ..

Tout le monde est fatigué de sa journée fort bien remplie !!

Un bon repas à l’abri des averses tropicales, et on entendrait presque une grenouille chanter ….

Le camp s’endort tranquillement avant une étape d’enfer : La montée vers la Soufrière ….


Commentaires version précédente

6 mai 2012 à 19h16min – par Inès

Salut les poulets,
Merci encore !!!!!!!!!!!!!
J’ai garder contact avec Grenouille, Il m’a raconté votre discussion sur Facebook . Bizzare Grenouille n’a même pas invité Aude !!!
Je vais bientôt me créer un compte.
chaw les poulets fan2tazs !

4 mai 2012 à 10h07min – par Gégé

Sandrine, lire tes textes c’est comme déguster un dessert. Après chaque anecdote, on ferme les yeux et on refait le voyage avec les enfants, les coureurs, les accompagnateurs. On voit ce que tu écris, on vous voit vivre, on admire les paysages, on entend vos rires. Cette étape est tout aussi belle que les précédentes et les émotions qu’elle dégage sont toujours aussi aussi fortes. Tu n’as pas le droit de ralentir la cadence, tes lecteurs t’embrassent et attendent la suite avec impatience. On ne se lasse jamais des desserts.

3 mai 2012 à 21h16min – par Guy

formidable récit, on ne s’en lasse pas et c’est tellement vrai…on sent le vécu
Bravo
bises
Guy

3 mai 2012 à 19h03min – par patricia poirey

encore de beaux textes et de belles photos merci encore

3 mai 2012 à 18h12min – par roby

super récit comme d’habitude bravo Sandrine

3 mai 2012 à 13h49min – par Yan

Génial ton récit.
Le truc aussi de très cool sur cette étape c’était le fait de tous se croiser 2 fois. La première dans la côte menant au fort Napoléon et la deuxième de l’autre côté dans l’ascension du « chameau » !!!!

3 mai 2012 à 09h50min – par VA

Prem’s !
Toujours aussi bon et émouvant de te lire Sandrine.